Du corail au béton

Des recherches sur le corail sont en cours pour améliorer les capacités du béton, très polluant et moins résistant que le corail à la pression. Effectivement, la fabrication du béton est à l’origine de 5 à 10 % du CO2 produit par l’homme. Il a besoin d’être chauffé à 1450°C, ce qui a pour conséquence qu’une tonne de béton produit une tonne de CO2. De plus, le béton classique ne résiste qu’à des pressions de 60 mégapascals, pour une durée de vie d’une centaine d’années ; un massif corallien vit près de 800 ans et peut résister à des pressions allant jusqu’à 80 mégapascals.

L’industrie du béton cherche à imiter la bio-minéralisation du corail en s’inspirant de la façon dont les coraux forment leur squelette. « L’assemblage » de CO2 et d’eau permet de construire du carbonate de calcium et de magnésium que l’on trouve dans le squelette du corail. Ces deux éléments sont également les produits de base de la production des ciments.

L’entreprise Calera a créé un ciment composé de ½ tonne de Co2 par tonne fabriquée. S’inspirant du métabolisme du corail, ce procédé consiste à capter du C02 et à la transformer en carbonate de calcium après dissolution dans l’eau de mer.

Pour en savoir plus sur cette méthode de fabrication, vous pouvez regarder la vidéo (en anglais) :


Camille

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s